Randonnée GR10

1 an après avoir réalisé le Tour du Mont Blanc avec des amis et avoir trouvé cette expérience incroyable, il fallait absolument que je reparte sur un nouveau GR.

Jenny était partante pour cette première randonnée en bivouac. Nous avons aussi entrainé avec nous un couple d’amis et avons décidé de partir ensemble sur le GR10. Ce sera la première randonnée en bivouac pour Jenny et nos amis et la deuxième fois pour moi.

Le sentier du GR10 est une grande randonnée qui traverse les Pyrénées d’est en ouest, de Hendaye à Banyuls, sur 922km et avec plus de 55 000 mètres de dénivelés.

Mais nous ne sommes pas encore assez entraînés pour le réaliser en intégralité. Donc nous choisissons de le faire uniquement sur une portion, de Saint Jean Pied de Port à Ainhoa.

Jour 1

Départ de Paris à 7h du matin, nous arrivons à Saint Jean Pied de port vers 13h. Nous remplissons les gourdes et les poches d’eau à une fontaine dans le centre-ville puis commençons la marche.

Saint Jean Pied de Port

Après 40 minutes de marche sur une route goudronnée, nous voyons enfin le panneau du GR10 qui nous indique un chemin de terre beaucoup plus agréable. Enfin, la randonnée débute vraiment !

A partir de ce moment, le chemin va être de plus en plus compliqué, surtout que la météo n’était pas de notre côté. Les nuages sont assez bas et bien gris. Nous ne voyons même pas le sommet des montagnes.

Nous marchons pendant 2h avec un léger dénivelé. La marche est agréable, c’est un chemin en lacet qui nous rapproche du sommet mais aussi du brouillard. Nous arrivons ensuite sur une pente raide sur plus d’1km où nous avons beaucoup souffert. Personnellement, j’avais l’impression d’être de retour sur le col de la Seigne au TMB. L’effort est long et très physique pour un premier jour de randonnée. Pour Jenny, elle souffrait au niveau des mollets, qui étaient très contractés suite au dénivelé raide et continue.

Après 3h de marche et un total de 850 mètres de dénivelés nous arrivons enfin au sommet de Monhoa à 1021m d’altitude. C’était dur et l’arrivée à ce sommet était réconfortant. Malheureusement, le mauvais temps ne nous permettait pas de profiter de la vue, nous étions en plein dans le brouillard et il faisait très froid.

Nous prenons 5 minutes de pause le temps de souffler et nous reprenons la marche dans le brouillard. Nous arrivons ensuite sur notre lieu de bivouac au col d’Aharza à 18h. Le lieu de bivouac se trouve à côté d’une route qui est uniquement empruntée par les habitants de la montagne. Il y a très peu de passage après 19h. Sur place, il y a également un point d’eau potable très pratique pour laver quelques vêtements, remplir les gourdes et les poches d’eau fraîche.

Lors de notre installation, nous croisons des locaux qui nous préviennent que le matin à 6h des bergers rassemblent leurs bêtes et que cela risque de nous réveiller. Et ça n’a pas loupé ! Le lendemain matin, un berger était à 1 mètre de la tente et criait pendant une dizaine de minutes pour rassembler ses moutons. Ca surprend lorsqu’on n’a pas l’habitude ! Vous serez prévenu si vous décidez de bivouaquer au même endroit.

Jour 2

L’ouverture de la tente donne sur un lever de soleil magnifique. Le temps s’est découvert et nous découvrons les montagnes et ses vallées bien vertes.

A 8h, nous repartons sur le sentier direction Saint Jean de Baïgorry. Le chemin est un dénivelé négatif sur 800m. Cette descente est très traumatique et laissera des ampoules sur plusieurs pieds. Si vous faites le GR10 d’ouest en est, cette partie sera raide avec des pentes caillouteuses et glissantes. On vous aura prévenu ahah !

Une fois arrivés à Saint Etienne de Baïgorrry, nous faisons une pause fraîcheur dans un bar pour décider de la suite du chemin.

La veille, nous avions croisé au sommet de Monhoa un couple de randonneur qui nous avait parlé d’un chemin longeant une rivière pour rejoindre la ville de Bidarray.

Nous décidons alors de suivre ce chemin. Pour cela nous empruntons le chemin d’Haitzaldea qui longe la rivière Abrakou erreka.

Nous arrivons en fin d’après-midi à Bidarray où nous posons les tentes devant le gîte Aire Zabal. Nous vous conseillons ce gîte si vous faites un arrêt à Bidarray. Vous avez le choix entre dormir en bivouac ou dormir dans le refuge sur un bon matelas. Il y a également à disposition une douche, des toilettes et prises électriques.

Jour 3

Dernière étape de cette randonnée sur le GR10 avant de rejoindre Hendaye pour se reposer. Nous partons pour 21km et 820m de dénivelé.

Cette matinée a été très dure car nous avons grimpé du départ du gîte jusqu’au col d’Artzatey. Nous avons donc marché pendant plus de 2h avec 600m de dénivelés.

Le chemin commençait sur un sentier qui passe dans une forêt pendant 15 minutes puis ensuite 4km sur une route goudronnée qui permet d’accéder au sentier de randonnée.

A cet endroit, nous avons rencontré un randonneur qui venait de Hendaye. Donc dans le sens inverse du nôtre. Nous avons discuté pendant 5 min, ce qui nous a permis de reprendre notre souffle car d’après ce qu’il nous disait nous n’étions pas encore sur la partie difficile du sentier. Et en effet, 30 min plus tard, nous avons marché plus de 2km sur un chemin rocailleux. Cette partie était très étroite avec des passages où nous devions nous tenir à des chaînes attachées dans la roche pour avancer.

Le chemin est sur le flanc des montagnes et donc le vide est tout juste à côté. C’est un passage assez technique où nous avons pris notre temps pour ne pas nous blesser.

Après cette partie technique, nous arrivons au col d’Artzatey vers 11h puis le col de Méhatché peu de temps après.

Après autant d’efforts, nous avons effectué notre pause repas sur le sentier à l’ombre. Tout juste après le col des veaux, non loin de la ferme Esteban Borda.

Le chemin après notre pause repas était agréable. Il y avait très peu de dénivelé, un paysage magnifique sur les vallées et énormément de chevaux sauvages jusqu’au col des trois croix.

Nous finissons ce GR10 d’environ 55 km dans la belle ville de Ainhoa. Nous ne sommes pas montés très haut en altitude mais cela suffisait pour apercevoir la mer que nous allions ensuite rejoindre pour nous reposer. L’article sur Hendaye est d’ailleurs disponible ici.

Retour d’expérience de Jenny

Coucou, je fais une petite incruste pour partager mon ressenti sur cette randonnée. Elle m’a beaucoup plu et m’a énormément appris sur moi-même ! Je me suis surpassée et j’ai même affronté ma peur du vide. Ce n’était franchement pas facile mais c’est tellement beau, toute cette nature ! Une fois les journées finies, je me sentais épuisée mais tellement contente d’avoir tenue les heures de marche, les difficultés.

Ce GR10 m’a donné envie d’en refaire d’autre ! Si vous avez l’occasion, c’est une expérience vraiment géniale ! Aller, je laisse la fin de l’article à Benoît.

Dans l’ensemble, cette randonnée est très agréable à effectuer. Il y a quelques passages techniques et comme toutes les randonnées, il faut un minimum de préparation pour supporter le poids du sac couplé à la marche journalière.

Les paysages sont magnifiques, très verts et il y a beaucoup d’animaux. C’était très agréable !

Si vous avez aimé cet article sur le GR10, n’hésitez pas à aller voir l’article sur le Tour du Mont Blanc qui est aussi incroyable.

jenny et benoit

Benoît et un peu Jenny

Vous pouvez aussi aimer:

Leave A Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.